PoéSie NaTuRe

Sur le mur délavé des grappes dégoulinent,

Des fleurs mauves et bleues sentant bon le printemps,

Des ruisseaux cascadant en bouquets : la glycine...

 

Vette de Fonclare
Ma "frénésie" de fleurs lors de mes balades "Printemps 2009 ! "...
"Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés,
le matin, à la table des anges."
Khalil Gibran (Rech.Google)
Moi, je suis la tulipe, une fleur de Hollande,
Et telle est ma beauté, Que l'avare Flamand
Paye un de mes oignons plus cher qu'un diamant
Si mes fonds sont bien purs, si je suis droite et grande.
Mon air est féodal, et comme une Yolande
Dans sa jupe à longs plis étoffée amplement,
Je porte des blasons peints sur mon vêtement,
Gueules fascé d'argent, or avec pourpre en bande.
[Théophile Gautier (1811-1872) ]
 

"Printemps dans les villes"

Rose, vert, jaune, blanc
l'Hiver a fait place au Printemps
Les arbres nus n'ont pas de sens
C'est maintenant la renaissance

 

Partout, des fleurs surgissent
Les massifs se remplissent
Plein de couleurs, c'est inoui
Ma ville s'épanouit

 

De mauve, de brun, ou d'or
Aux teintes multicolores
Fière et haute, ou vermeil
La Tulipe, quelle merveille

 

Les beaux jours sonnant
Je vois les talus, verdoyant
Avril, ne te découvre pas d'un fil
Mai, fais ce qu'il te plaît, plait-il?

 

Abondance de pétunias
Du blanc, mauve ou fushia
Garnissent les réverbères
Et débordent des jardinières

 

La ville est renaissante
Pour moi, humble passante
Je marche, "rues du coeur"
Ma ville ose les fleurs

 

Juin est là, c'est beau
Comme rouge coquelicot
Au revoir, boutons d'or
Bientôt juillet, fleurs encore

 

 

[Printemps dans les villes, Yveline - Juin 2009

Ode en 7 quatrins Jepoeme]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Strophe

Nouveaux sites : https://www.jepoeme.fr/

https://www.poeme-france.com/

Fleur éphémère de la pensée
Bleu de fumée jusqu'à l'imaginaire
Tu déroules ta lumière
Que le temps a poli
Des mois des années
Dans le jardin des mystères
Où l'écrivain se meurt
A la lueur des mots
Etouffé dans son cri
[extraits, Beaudelaire]
Homme,
Tu as regardé la plus triste la plus morne de toutes
les fleurs de la terre
Et comme aux autres fleurs tu lui as donné un nom
Tu l'as appelée Pensée. Pensée
C'était comme on dit bien observé Bien pensé
Qui regarde le soleil hein? Qui regarde le soleil?
Personne ne regarde plus le soleil Les hommes sont
devenus ce qu'ils sont devenus
Des hommes intelligents...
Une fleur cancéreuse tubéreuse et méticuleuse
à leur boutonnière
Ils se promènent en regardant par terre
Et ils pensent au ciel Ils pensent...
Ils n'arrêtent pas de penser...
Ils ne peuvent plus aimer les véritables fleurs vivantes
Ils aiment les fleurs fanées les fleurs séchées
Les immortelles et les pensées
Et ils marchent dans la boue des souvenirs
dans la boue des regrets
Ils se traînent A grand-peine
Dans les marécages du passé
Mais tout ce qui est mort dans leur tête
Pour rien au monde ils ne voudraient
l'enlever Parce que Dans leur tête
Pousse la fleur sacrée
La sale maigre petite fleur La fleur malade
La fleur aigre La fleur toujours fanée La fleur personnelle...
...La pensée... [extraits Fleurs et couronnes, Jacques Prévert]

Les pensées sont des fleurs comme les autres (livre) R. Prevot, R. LejoncPoésie jeunesse (broché). Paru en 09/2008 C’est un recueil de courtes pensées, aphorismes, maximes, poèmes...Chacun y trouvera ce qu’il y cherche : réflexion philosophique,humour, rêve, poésie, vérité, évidence...99 pensées, dont une trentaine illustrées, qui rythment la vie de tous les jours, à lire par tous, petits (à partir du CP)...

 

 

 

 

Gentils coquelicots, Mesdames...
Soyez gents Messieurs,
Un brin de malice dans vos yeux
A Amesterdam, il y a des dames
Regardez comme le ciel est bleu
Fleurs champêtres, soyez belles
Et couleurs dans mon existentiel
Mesdames et Messieurs
Soyez généreux
Bleuets, coquelicots ou clochettes
Dansent au vent, pétales coquettes
Nos petits prés offrent une palette
A votre tour donnez
Avec coeur et libéralité
[Valeurs champêtres,
Yveline - Juin 2009 - Jepoème]
 

Je t’aime, Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ?

Parterres d'éphémères enivrés de promesses
Déclinant à l'envie des rêves de tendresse
Chaque fleur est unique, détient sa vérité
Oubli ou infini, désirs d'éternité
Je t'aime à la folie, un peu ou pas du tout
Tes pétales s'envolent après leurs confidences
Et ton coeur jaune d'or bat sur des rythmes fous
Quand le choix du hasard nourrit nos impatiences
J'ai semé dans tes vents les graines de mes espoirs
Parsemant mes décors de champs de marguerites
Afin qu'elles me racontent les mots de notre histoire
Que trempée dans vos sèves plume se fasse émérite...
[La marguerite, auteur : fripou2 - JePoème.com]

 
Mignonne, allons voir si la rose Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au Soleil, A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée, Et son teint au vostre pareil. [Ronsard]
Ô rose tu m'émerveilles
Tu tiens mon âme en éveil
Majestueuse, dressée vers le ciel
Que tu sois blanche ou vermeille
Ô ma rose
Chez toi, tout m'enchante
Ta corolle éclatante
Ta douceur, telle la soie
Mon coeur est en émoi
Mystère de la nature
Tu as fière allure
A la saison d'été
Mon coeur, subjugué
A l'automne
Mon coeur, étonne

[A la fleur rose, auteur : Yveline - JePoème.com]

 

double-clic pour remonter